Que faire contre la violence familiale ?

Beaucoup d’enfants et d’adulte vivent avec un membre de la famille violent mais gardent souvent le silence par peur de se faire tabasser encore plus et des conséquences lorsque la vérité éclate au grand jour. Tôt ou tard, ces personnes violentes se font toujours surprendre soit par les voisins, les proches, etc. Il existe plusieurs formes de violence familiale et souvent on se demande ce que l’on doit faire quand on en est victime. Les détails dans cet article.

Comprendre la violence familiale

Qu’est-ce que la violence familiale ? Il faut d’abord savoir de quoi il s’agit pour qu’il n’y ait pas de mal entendu ou de confusion. La violence familiale est une forme de violence faite par une personne sur un membre de la famille à laquelle elle appartient. Son comportement, classé abusif, serait provoqué dans le but de faire du mal à la victime ou exercer davantage de contrôle sur celle-ci. Cette forme de violence au sein d’une famille peut revêtir différentes formes. Elle peut se présenter comme de la maltraitance physique et/ou psychologique. La violence peut aussi se présenter comme un abus sexuel ou l’exploitation financière. Et les victimes peuvent avoir différents profils : partenaires, conjoints, enfants mineurs, seniors, etc.
La violence physique peut, à elle seule, prendre différentes formes : gifle, brûlures, étranglement, blessure à l’arme blanche, enfermement contre la volonté de la victime, etc. Il s’agit en fait de l’usage de la force contre une personne et lui causer des douleurs plus ou moins graves. Les actes pouvant être qualifiés de voies de fait. En ce qui concerne la maltraitance psychologique, on peut citer plusieurs formes également : les cris, les menaces, les injures, les moqueries, les humiliations, etc. Dans la catégorie de la maltraitance sexuelle, on retrouve le viol, les attouchements sexuels, les rapports sexuels non consentis, etc.
Concernant l’exploitation financière, on peut certains comportements (classés criminels puisqu’il s’agit pour la plupart de fraude et de vol) dont l’utilisation de l’argent d’une personne membre de la famille sans en avoir eu l’autorisation. Parmi les formes d’exploitation financière on peut aussi citer l’interdiction à une personne d’utiliser son propre argent. Obliger une personne à signer des documents contre son gré est aussi une forme de violence familiale, placée dans la catégorie de l’exploitation financière.
La négligence figure aussi parmi les formes de violence familiale. Celle-ci peut aussi prendre plusieurs formes : non assistance pendant la maladie, interdire à quelqu’un l’accès à la nourriture, l’eau, les vêtements, etc. Le plus souvent on parle de négligence envers ses propres enfants.

Trouver de l’aide

La violence familiale peut être fatale pour les victimes qu’il convient de briser le silence et d’en parler. Mais vers qui se tourner ? La première chose à faire est de dénoncer l’auteur à la police, cela peut vous aider à limiter les risques que vous pouvez courir avec un tel individu dans la famille. De plus, la plupart des formes de violence familiale sont classés criminels. Il est donc important d’en dénoncer le responsable pour que le crime ne reste pas impuni. La police peut vous proposer des services d’aides spécialisés pour les victimes de violence. En rejoignant ce service vous pouvez obtenir une ordonnance de protection qui oblige votre agresseur à ne pas s’approcher de vous.
Ces services dédiés aux victimes peuvent aussi vous vous proposer un refuge en attendant de trouver d’autres solutions. Aujourd’hui, de nombreuses lignes d’écoute sont mises à la disposition des victimes. Il est important qu’elles aient quelqu’un à leur écoute quand elles le souhaitent. Si vous en faites partie, n’hésitez pas à briser le silence pour parler de ce que vous vivez à des personnes de confiance : voisins, familles proches, amis, collègues, etc. Ces derniers peuvent agir pour vous si vous n’en avez pas la force et le courage.
Vous pouvez aussi vous tourner vers des organisations communautaires ou religieuses pour trouver de l’aide. Il est aussi possible de contacter un avocat pour bénéficier d’une assistance juridique. En cas de blessures graves, n’hésitez pas à vous rendre à l’hôpital ou à consulter un médecin. Là-bas, on peut vous aider en cas de maltraitance à votre encontre : soins, conseils, aides, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *